bonjour madame tranquille

Bienvenue ,partagez les moments sympas de mon séjour au Burkina

28 mars, 2010

un train

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 14:31

 

Bien triste nouvelle mardi, une française d’origine ivoirienne va être rapatriée sanitaire en Côte d’Ivoire, on ne sait pas ce qu’elle a, un virus sans doute, qui provoque des hémorragies. Petit vent de panique, on évoque l’épidémie Ebola, tout le monde se sent patraque. Après un rapatriement laborieux et retardé, on apprend son décès dès son arrivée. Ses enfants et sa Maman venue les garder sont encore là, puis finissent par repartir. Le consul, épuisé par les évènements part en congés, et confie à Clément le soin d’effectuer démarches et déménagement. Clément – mon ex chauffeur moto, vient papoter régulièrement et me tient au courant de tous les potins. Il m’annonce qu’il va partir en train à Abidjan accompagner le déménagement. Or ce train pose problème, ainsi d’ailleurs que les relations entre les deux pays. En temps de lune de miel, les burkinabés qui travaillent en Côte d’Ivoire « participent activement au développement du pays ami », et en période de crise ou d’élections, ce sont « des opposants infiltrés pour déstabiliser leur voisin » Un train circule tous les jours entre Bobo et Abidjan, transportant de la volaille et des moutons dans un sens, des fruits et légumes dans l’autre ,mais il est  très souvent attaqué par les rebelles qui prélèvent leur part de bestioles et qui rançonnent les voyageurs. J’ai donc conseillé très vivement à Clément de renoncer à son idée, précisant : « conseil de grand-mère ¨ », pour qu’il ne se méprenne pas sur l’intérêt que je lui porte. On sait jamais…Il a donc décidé (ou on a décidé à sa place) de faire partir les gros cartons un par un. Première tentative d’envoi: la balance de la gare vient de se casser, impossible de peser et le chef de gare en profite pour surestimer les poids et se faire un petit commerce. Donc le premier carton ne part pas, le prix du transport se trouvant supérieur à la valeur du contenu. Et quand je suis rentrée à la maison ce soir, j’ai eu la surprise de trouver un frigo, une cuisinière et des cartons dans mon jardin. Il parait que c’est provisoire. C’est à espérer car mon jardinier -pas toujours très au point,-va les arroser en même temps que le reste du jardin .La notion de temps étant très différente de la nôtre, je vais tout stoker dans le garage en espérant que ce soit vraiment provisoire.

 

23 mars, 2010

mensonges ou poésie?

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 16:02

 

Depuis 2 jours Jean-Baptiste mon cuisinier s’affaire et classe les bouteilles en plastique : j’aime l’ordre me dit-il. Ce matin coup de sonnette, il ne bouge pas alors que d’habitude il se précipite, et me dit : «  ce sont des femmes qui vont demander qu’on leur donne des bouteilles ». Comment ces femmes savent elles qu’il y a des bouteilles ? « Parce qu’elles savent où habitent les blancs et les blancs ont des bouteilles ». Argument recevable !En fait ce sont des marchandes de charbon avec des charges énormes sur la tête et des bébés dans le dos, je me sens donc obligée d’acheter du charbon, et quand je leur propose des bouteilles, elles ont l’air très surprises et   J-B se désole, je vais saborder son nouveau commerce. Puis coup de fil sur le portable de Jean-Baptiste qui explique en s’énervant où on habite. J’en déduis qu’il va vendre les bouteilles et que les acheteuses se sont perdues, pour le moment elles ne sont pas arrivées. Les mensonges ne paient pas.

 

Hier midi, une tarte à la banane -pas fameuse comme la plupart des tartes à la banane- arrive sur la table. Je râle : -«  Jean Baptiste je vous ai demandé de ne plus faire de dessert, je voudrais seulement des fruits ». -« Mais Madame j’ai rêvé cette nuit que Manon (fille chérie d’ex Madame chérie) me suppliait de lui faire de la mousse au chocolat et là j’ai su que vous voudriez un dessert ». Je me demande si j’ai une tête à tout gober ou si c’est un sport national d’enjoliver la vérité…, je mène l’enquête !

 

 

20 mars, 2010

une vie de famille

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 14:00

 

Aminata a 17 ans est en 1èreS et a 16 de moyenne. Son père et sa mère ont eu 3 filles ensemble, puis l’oncle paternel est décédé, il a fallu se répartir les veuves et leurs enfants, donc une tante est venue vivre chez eux avec ses 3 enfants. Après son arrivée dans sa nouvelle famille d’adoption, la tante a eu un fils, enfant du défunt bien sûr, mais qui a joué les prolongation dans le ventre de sa mère, né plus de 9 mois après le décès du mari, puis un deuxième fils et alors là plus question de prolongation, la maman d’Aminata a vu rouge : non seulement cette deuxième épouse lui volait son mari ,mais en plus elle faisait des garçons et refusait d’obéir, alors qu’une deuxième épouse doit être plus jeune et  doit obéir à l’aînée  Celle-là qui se  sentait en position de force avec ses 2 fils ,n’en faisait qu’à sa tête. Des scènes de plus en plus violentes ont éclatées et pour mettre tout le monde d’ accord, Monsieur Papa a pris une troisième épouse, qui avait déjà 3 enfants et qui  a encore eu 3 fils avec le Papa. Devant cette arrivée massive d’épouse et de leurs fils, la Maman est partie « rendre visite à ses parents »et y est restée. Aminata et ses sœurs ont eu le choix  entre vivre au milieu des conflits chez le père et dans une grande pauvreté-le salaire de petit fonctionnaire de Monsieur est un peu juste pour tout ce monde, ou chez les grands parents et là, c’est la misère. Depuis 2 ans elles ont choisi la mère. Par chance les études d’Aminata sont payées par l’association, mais je la trouve bien maigre. Toutes ces épreuves  ne font que renforcer sa détermination de s’en sortir, et son rêve est de faire des études de médecine. Elle est super forte en math et je la verrais bien prof de math, mais je me tais, car la vie et le salaire des profs ici n’ont rien d’enviable.

17 mars, 2010

qui aime les moutons d’ Ibrahim?

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 12:30

lartiste004.jpglartiste005.jpglartiste0011.jpgphotos

Le dioula

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 10:27

 

Le dioula.

Me voici repartie dans un projet de patchwork, je vais commencer par des coussins et si je trouve des couleurs et tissus sympas, un dessus de lit n’est pas exclu. Un des motifs que j’aime bien et qui est assez rapide, se fait à la machine. Franca et Moktar, mes voisins, me prêtent une machine. Mais elle a besoin de révision, elle ne tient pas debout car des vis sont cassés, et comme je ne sais pas coudre avec une machine couchée, je cherche une autre solution. Un couturier n’est pas très loin, il semble très content de voir une nouvelle cliente, on doit pouvoir y arriver. Premier voyage en vélo, premières coutures, et premières interrogations : qu’est-ce que je veux faire avec des morceaux de tissus aussi petits ?un coussin ! Visiblement, ce mot ne fait pas parti du vocabulaire réduit de mon couturier, qui me propose des chutes de tissus plus grandes pour mon « foulard ».La plupart des femmes ont un foulard et il trouve bien que je me plie aux convenances. Je refuse ses bouts de tissus en le remerciant et repars, toujours en vélo, pour couper et préparer la deuxième rangée de coutures. Mon  gardien- jardinier me convainc qu’il fait trop chaud pour moi et propose d’aller chez le couturier. J’ai du mal à le comprendre car  son vocabulaire français a au maximum 30 mots très spécifiques : couper, arbres, tomates, machette…Il parle dioula, «la langue du peuple » dit avec mépris Jean baptiste le cuisinier. Je le laisse partir sans arriver à lui expliquer que ses mains pleines de terre pour toucher mon patchwork ne me plaisent pas et il revient avec un nouveau mot : dentelle, prononcé correctement-, le couturier a du lui faire répéter pas mal de fois .Il parait que de la dentelle  sur mon « foulard « serait du meilleur effet. Et bien non, messieurs, mon coussin aura les moutons stylisés d’Ibrahim comme décoration, et je m’attendais même a de l’admiration pour mon coussin terminé avec ses différentes rangées dans de dégradés de  vieux rose, je crains qu’on en soit encore très loin.et je me sens un peu incomprise.

 

 

13 mars, 2010

bonjour l’artiste

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 0:00

 

En allant faire le tour des sculpteurs, j’ai eu l’agréable surprise de trouver un stock de tableaux du même artiste. Tableaux sans valeur, peints sur toile avec les moyens du bord c’est-à-dire de la peinture métallique, mais d’une valeur esthétique surprenante : j’aime bien tout ce qui est stylisé et là je suis servie : des bergers peuls hauts sur pattes, des moutons encore plus effilés, tout pour me donner envie de rencontrer l’artiste : Ibrahim. Bien sûr, le marchand a prétendu qu’il n’était pas de Bobo, et ne voulait pas lâcher ses coordonnées. Je me suis lancée dans une description enthousiaste des nappes que cet artiste allait faire sous ma direction : des peuls et des moutons stylisés peints  sur des nappes vendues dans sa boutique avec un bénéfice maximum .Je ne sais pas trop s’il m’a crue, mais comme ici tout le monde est très serviable, je suis repartie avec un numéro de téléphone. Et le lendemain rendez-vous chez l’artiste. Et comme il fallait encadrer les 3 tableaux achetés, rendez-vous aussi avec le menuisier « spécialiste en encadrements ». Chez Ibrahim, une dizaine de personnes flânaient, mine de rien ,et visiblement attendaient que le spectacle commence ,c’est-à-dire : moi face à Papa d’Ibrahim, les 2 femmes de Papa, une dizaine d’enfants(il y en a 15 en tout, il y avait des absents)le menuisier -qui s’était multiplié, il y avait 3 menuisiers-les aides des menuisiers et des cousins traducteurs pour aider ceux dont le français déficient n’aurait pas permis de tout savourer. On s’est tous assis sur des bancs dans la cour, sauf les 2 femmes qui se sont retirées. Après les paroles de bienvenues prononcées et les verres d’eau avalés, j’ai pu expliquer comment je souhaitais encadrer les tableaux .Comme il n’y a pas de baguettes d’encadrement, j’ai expliqué le principe de l’encadrement américain. Tout le monde est intervenu, avec des explications farfelues,-mes tableaux ont failli finir dans des maisons miniatures- Heureusement il y avait un tas de bois et des cages à lapin-on fait avec ce qu’on a !ça a servi à visualiser la chose et on est arrivé à se comprendre. Restait le problème du prix qui devait être discuté en privé, ça semblait irréaliste de virer le public et je me suis résolue à donner une avance pour acheter le bois du cadre, sans discuter ,un peu inquiète de cette imprudence, mais je suis consolée en pensant au bon moment que j’avais passé, qui lui n’a pas de prix. La joie de vivre ici est vraiment communicative !!Et finalement, le lendemain, mon cadre était prêt pour un prix dérisoire, mon artiste est venu à la maison pour m’apprendre à styliser des éléphants, et des girafes, et il y a du Bernard Buffet dans l’air !

 

 

 

.

 

 

11 mars, 2010

sous quel angle?

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 17:27

 

Depuis ce matin 10h locale, au Burkina, la somme des angles d’un triangle ne fait plus 180 degrés, c’est Aminata qui l’affirme ou tout au moins son professeur de mathématiques. Je me fais expliquer pourquoi j’ai tout faux en affirmant le contraire et la démonstration est simple ,pour trouver la valeur d’un angle, on additionne les 2 autres, on peut arriver à 30 degrés comme à 450,si on fait une erreur d’addition. Je fais une tentative pour soutenir mes 180 degrés et je renonce. Je suis un peu en état de choc, car c’est la première fois que des élèves sont aussi convaincues de mon incompétence. Je vais voir Sœur Margareth, lui épargne une démonstration, et lui soumets mes cas de conscience, et à ma grande surprise, elle est d’accord avec moi sur la fantaisie des cours du soir suivis par les élèves. Pour les sixièmes et cinquièmes, ça va encore, mais ensuite ,il n’y a plus d’étudiants valables pour assurer les cours et comme ils sont payés au rabais, un non bachelier fait l’affaire, il faut dire que supporter des classes de 110 élèves, c’est héroïque¨ ,surtout pour 100euros par mois! Donc que faire ! D’abord, je dois faire un rapport, et avoir des idées. Est- ce qu’on continue à envoyer les élèves de troisième et quatrième aux cours du soir avec soutien désespéré le matin ou alors trouve-t-on une autre solution pour les occuper ? Je parle en vrac de cours de dessin, arts plastiques, théâtre, sport, informatique. Sport, ça choque, éliminé ! Le reste si je le mets en place c’est très bien! Je suggère de se rapprocher des sœurs italiennes, qui ont une grande salle d’informatique avec 20 ordinateurs, mais ce n’est pas possible, on ne les connaît pas !et d’abord de quelle ville sont-elles? Première ville italienne qui me vient à l’esprit : Turin, et voilà, elles sont de Turin, on rectifiera plus tard .Pour mieux se connaître une invitation à une messe pourrait faire l’affaire, on va y réfléchir ! On a tout notre temps. Ce ne serait pas une situation bloquée ?

8 mars, 2010

lettre à mon agent immobilier

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 17:38

 

Lettre à Monsieur Tho agent immobilier qui m’a loué la maison :

 

 

 

Vous vous êtes absenté une semaine et à votre retour vous venez voir si je ne me suis pas inquiétée   de votre  absence. Je n’avais rien remarqué et étais plutôt soulagée de ne plus vous  voir superviser les ouvriers en faisant la sieste sur ma terrasse. Si je m’étais  m’inquiétée, c’était  les premiers jours de la location, de vous  voir constamment chez moi avec l’air découragé de celui qui prévoit le pire. Il faut dire que cette maison avait de quoi vous inspirer des idées noires. Sur la trentaine de prises électriques et d’éclairages de la maison, la moitié était en panne et quand après une demi-journée de travail, les électriciens en réparaient deux, trois claquaient. Ces braves ouvriers, après avoir chassé les souris en emmenant un chat récalcitrant, après s’être battu avec des lézards à coup de balai, cause selon eux de courts -circuits, ont vraiment cru à la magie quand toutes les lumières de la maison se sont allumées sans vouloir s’éteindre. Pas de magie la dedans, simplement votre « société de nettoyage hautement performante », composée de mon gardien et de son frère avait lavé la maison à grande eau et les boites de dérivation et les prises prenaient leur bain dans l’eau sale. Pour les fuites d’eau, vous avez choisi de nier les faits, et comme j’insistais, vous avez essayé de me démontrer que tout cela allait s’arranger tout seul, puisque la maison avait été inoccupée, il était normal que les joints des robinets mette du temps à se remettre en place : je n’ai pas cédé, ai voulu des robinets en bon état de fonctionnement et vous m’avez traité de « dame de fer ». Maintenant qu’après un mois de tâtonnements les lumières s’allument et s’éteignent, que les robinets s’ouvrent et se ferment, que les rideaux ne tombent plus au milieu de la nuit, je dois reconnaître que votre absence ne m’inquiète pas outre mesure. Vous voulez me démontrer que vous êtes un intellectuel et allez reprendre des cours du soir, des cours  de diplomatie. Bravo. C’est vrai que vous avez un vrai don pour sous- estimer les problèmes, vous avez des chances de réussir !!

 

 

 

 

2 mars, 2010

marché de Bobo

Classé dans : Non classé — lerouxmj @ 16:29

Le marché aux tissus de Bobo,mon lieu de promenade favoris(il faut bien acheter des rideaux,des draps,rêver de faire des patchworks ect). ! Ce marché est immense, et bien sur je m’y perds … pas très longtemps , car je suis vite repérée par les marchands : Donc au bout de 3 minutes j’entends :je suis ton client,et une autre voix :non c’est mon client ,c’est lui qui a acheté le basin rose chez mon grand frère. Je suggère que «  client  » signifie celui qui achète et vendeur celui qui vend et qu’étant une femme,je suis donc une cliente , on me regarde perplexe et je renonce à mes explications,ici il y a un seul mot pour désigner le tout et je suis vite entourée par 5 ou 6 « clients »,qui ont tous des tissus très moins chers ,chez le grand ou le petit frère. J’explique que je souhaite acheter du tissus en coton pour doubler mes rideaux : on me demande s’il s’agit bien des rideaux en pagne rouge acheté il y a 3 jours chez Mamadou ou du tissus en batik vert acheté la semaine précédente chez la togolaise .Comme tout le monde semble savoir tout ce que j’ai acheté depuis 15 jours et le prix que j’ai payé,je décide de tester les connaissances : « c’est plutôt pour le tissus en drap orange à raies rouges » et là amnésie collective. Serais- je moins espionnée qu’il y parait ?Un  astucieux suggère qu’il s’agit  de Razack et bien non,ça c’était l’autre blanc avec son mari( on est tous « un « blanc). !Finalement après des tours et détours,je trouve du coton vert,et je suis en nage. Les allées font à peine 1,5 mètre (la largeur d’une charrette,heureusement les ânes viennent d’être interdits) et les petites allées moins d’un mètre,avec une densité de population et de circulation impressionnante,donc il y fait très chaud. Je me demande comment je vais pouvoir sortir de là et retrouver  la même échoppe une autre fois. Je soupire en signalant qu’il me faudrait un secrétaire pour tout noter,et bien sur 3 vendeurs se proposent,après s’être assuré qu’il n’y aura rien à écrire. Saiba est le plus persuasif et m’escorte à la voiture,et quand on est sorti du marché, reconnais qu’il sait où j’ai acheté le drap orange,mais il ne faut plus y aller car, « le grand très clair  »  qui me l’ a vendu est un voleur ,très mauvais,il a beaucoup d’argent et il devait marier  la sœur du grand frère et il ne voulait pas bien payer ni la sœur, ni la fête. Avoir beaucoup d’argent et ne pas le donner,c’est pas bien !Mon « secrétaire » guide et moi échangeons nos numéros de téléphone,nous nous promettons plein de rendez vous ,pour beaucoup  d’achats très moins cher et  dans l’immédiat  ma nappe en drap orange attendra ses serviettes. ! 

 

Association S.O.S Animaux ... |
unafam29 Le Blog |
Centre social UNICITES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | partageonslaventure
| Association des Infirmier(e...
| T T G - Tennis de Table Gue...